Les petites fées de New York

Il arrive que l’on trouve des pépites en fouillant au milieu d’un tas de livres « à donner », ce livre n’en fait pas partie, j’en ai peur. Quoiqu’il en soit, pour la petite histoire, ma mère voulait se séparer de ce livre parce qu’elle n’était pas entrée dans l’univers de l’auteur et j’ai vu ce livre, avec d’autres dans de grands sacs plastiques. Ces livres, je les ai sorti de leurs sacs, j’ai regardé leurs titres et les résumés au dos de chacun et donc, parmi ces livres se trouvait Les petites fées de New York de Martin Millar, auteur écossais.

Très sincèrement, j’ai pensé que ce livre pourrait me plaire, étant plus adepte de merveilleux et Fantastique que ma mère. En plus, pour ne rien gâcher l’histoire se déroule à New York et le résumé au dos était plutôt engageant :

Morag MacPherson et Heather MacKintosh, deux petites fées écossaises ayant quitté précipitamment leur terre natale, et fraichement à New York, découvrent un monde qu’elles n’auraient jamais pu imaginer : un monde où les sans-abris meurent dans l’indifférence générale, un monde où les gens ont à peine de quoi payer leur logement, un monde qui n’a, tout de même, pas l’air de tourner bien rond. Mais plus elles vont vouloir changer les choses et aider Dinnie et Kerry, deux humains qu’elles ont rencontrés à leur arrivées plus ce sera… pire !

Les petites fées de New York, Martin Millar, Quatrième de couverture, ed. FolioSF

 Que dire ? Malheureusement pas grand-chose. Je ne vais pas « descendre » ce livre parce que je n’en ai pas lu assez pour se faire (53 pages très exactement). Toutefois, ce que je peux vous dire c’est que la lecture de ces cinq premiers chapitres n’a provoqué aucune émotion chez moi. Je tournais les pages mais j’étais toujours à mon bureau, dans ma chambre.

Couverture Les petites fées de New York

En bref, c’est un livre qui m’est hermétique. Je ne sais pas si cela peut s’expliquer parce qu’au final, Martin Millar est un auteur que je ne connaissais pas avant de mettre les mains sur ce livre. Peut-être que je n’avais pas les bonnes clés de lecture… En tout cas, j’espère que cet article vous donnera la curiosité d’aller y jeter un œil, et peut-être le lire.