Littérature

[SF] [Découverte] Résolution – Li-Cam

Ce tout petit livre d’un récit fictionnel de 140 pages est un OLNI, comprenez Objet Littéraire Non Identifié ; il est indéfinissable et c’est véritablement le livre le plus étrange que j’ai lu depuis la création du blog. Je ne suis pas certaine d’avoir compris tout les tenants et les aboutissants tant ma lecture fut ardue tout en étant très intéressante malgré tout. Résolution ne m’a passionné autant que je l’aurais espéré mais je n’ai pas détesté non plus. Retour sur une lecture déstabilisante et chronique d’un match nul entre un gros point fort et un gros point faible.

CVT_Resolution_5326

 La déroutante résolution

Je crois qu’en fin de compte c’est ce qui résume le mieux cet ouvrage. Déroutant, déstabilisant, intéressant et plutôt poétique également. Cependant le mélange de tout cela donne un résultat plutôt négatif en ce qui me concerne. La lecture fut compliquée – si compliquée parfois que les mots écrits sur les pages perdaient leurs sens. Pourtant ce tout petit livre de science-fiction ne manquait pas d’intérêt à mes yeux. Pas très épais, il semblait aborder et mêler des thématiques intéressantes : Intelligences Artificielles, Humanité, relations aux nouvelles technologies, sans oublier la thématique du handicap le tout dans un cadre utopique. Classé comme un roman d’anticipation, je me suis laissée tenter assez facilement : je cherchais un livre d’anticipation et je suis tombée dessus.

Ce récit c’est donc celui de Wen, une jeune femme dont les capacités intellectuelles lui permettent d’analyser le monde et les individus à la façon d’un ordinateur sans être dans une conception binaire pour autant. Par la suite, le lecteur apprend que c’est en fait une forme d’autisme et cette particularité lui permet d’imaginer toutes sortes de mondes intérieurs et d’avoir une réflexion plus poussée sur les interactions entre les individus ; sujets qu’elle aborde sur son blog : Le monde selon Wen (difficile de ne pas y voir un clin d’œil au Monde selon Garp). Arrive l’effondrement du monde et des sociétés actuelles ; c’est alors qu’un groupe de chercheurs décide de mener une expérimentation sur l’île de Saint-Pierre et Miquelon basée sur les travaux de Wen. Une poignée d’hommes et de femmes se retrouvent à vivre en communauté selon les règles édictées par la jeune femme sur son blog. Et pour veiller sur cette communauté d’un genre nouveau, il y a SUN, l’IA sorte de double immatériel de Wen.

Point fort : les thématiques

C’est un livre actuel, on ne peut plus contemporain. Il revient en détail sur la théorie de l’effondrement dont on entend parfois parler dans les médias et sur Internet. Certes, ce n’est pas très réjouissant, je vous l’accorde, mais cela permet d’aborder des sujets complexes mais très intéressants. On se rend aussi vite compte qu’ils sont liés entre eux. Il y a notamment de très belles pages sur le dérèglement du monde et de la perte de la notion de réalité qui va de paire avec la vérité avec les tristement célèbres fake news et autres vérités alternatives. C’est très éclairant, carrément angoissant et déroutant par moment – ce qui ne rend pas la lecture aisée. D’ailleurs, c’est un récit sombre et peu optimiste bien qu’il se termine sur une note plutôt gaie.

Ce qui m’a le plus marqué en plus de cette analyse plus que pertinente sur la relation qu’on peut avoir avec la vérité, c’est la réflexion qui traverse tout le texte entre la relation de dépendance que l’on a vis-à-vis des nouvelles technologies (plus précisément Internet) et de la haine la plus pure qui peut en découler – via les réseaux sociaux notamment – et l’escalade de violence physique que cela entraine dans la vraie vie. Bien entendu, on sait que des situations comme celles décrites sur ces pages peuvent arriver mais voir et lire le tout condensé en 140 pages, c’est simplement vertigineux et c’est tellement dommage qu’il soit si dur à lire, ce livre…

Sur une note plus positive, on peut noter l’omniprésence de l’imaginaire, principal moteur pour sauver l’Humanité qui fonce dans le mur et court à sa perte. Là encore, de très belles pages sur l’importance de l’Art sous toute ses formes, l’importance quasi vitale du théâtre comme vecteur pour retrouver la communication rompue à cause d’une trop grande utilisation des réseaux sociaux et ainsi entrer en communion avec un groupe et retrouver une appartenance. A ce propos, ce sont la danse, le chant et le théâtre qui sauvent cette communauté atypique qui vit en marge du reste du monde. A n’en pas douter, la partie la plus réjouissante à lire.

Point faible : la structure du récit

Ou plutôt l’absence de structure dans le récit. Je ne dis pas qu’il faut une structure bien définie mais cela participe à faciliter la lecture et cela manque cruellement ici. Le récit s’organise comme un enchevêtrement des pensées de Wen, avec sa vie présente sur l’île au sein de la communauté, sa vie sur le continent avant l’effondrement, des souvenirs de son enfance chaotique, des passages de son blog qui ont aidé pour la création de cette communauté sans oublier quelques compte-rendu des conversations des habitants avec SUN, l’Intelligence Artificielle qui fait office de psy, de confessionnal… et dont on ne sait pas ce qu’ils viennent faire là… Je n’ai pas trouvé que cela apportait véritablement quelque chose au récit, à part encombrer un texte déjà très emmêlé et très brouillon.

Je pense que l’auteur à fait cela pour que le lecteur se mette à la place de Wen et ait un accès direct à sa particularité qu’est son autisme. C’est un parti pris et c’est une bonne idée d’avoir voulu faire ça mais le texte devient tellement enchevêtré qu’il devient presque impossible à lire – les mots perdent leurs sens. Du coup, il m’est arrivé de reposer le livre complètement dépitée parce que j’arrivais à peine à me souvenir de ce que je venais de lire à l’instant. Très honnêtement, je ne sais pas ce qui m’a fait tenir cette lecture jusqu’à la fin ; la perspective de l’article y est sûrement pour quelque chose… Quoiqu’il en soit, Résolution n’est pas un livre dont je garderai un bon souvenir.

Conclusion

Grosso modo, ce fut une lecture chiante non dénuée d’intérêt de par les thèmes que le livre aborde. A ne surtout pas lire si l’état du monde vous angoisse vraiment beaucoup ; c’est une semi déception : j’ai le sentiment d’avoir perdu mon temps dans cette lecture que j’ai laissée volontairement trainer en longueur tout en ayant une autre vision des choses sur certains sujets passionnants.