English, Literature

Game of Thrones and its not-so-worderful world

I have started this blog with a topic about Game of Thrones because everyone knows it or at least have heard of it. Of course there’s the series adapted from George R. R. Martin’s books and it -the series- gives an access to this world and I think both forms are captivating.

Books vs.  Series

Quite frankly I think that both are great because the books have created something unique, a complex story based on events of British History and the series has created a new atmosphere. It’s a new atmosphere but it’s faithful to the books and I think that’s one of the main reasons why the show is working so well on TV.

As you may know if you’re watching the show, producers have said that it will end with Season 8 (which can be a source of dispair for some of us). If we analyze it closely, it might be a good thing: we are sure to know the end of the series even though the author hasn’t been able to finish his books. Martin started to write his books in 1994 and is known to write slowly and to me, it’s not a bad thing.

Is Martin the new Tolkien?

I could not speak of George R. R. Martin’s literary works without speaking of Tolkien’s. For some obvious reasons, Martin is considered to be the « new » Tolkien, he has been called the American Tolkien which I think is wrong because we can’t compare the two. Okay, the two have created complex universes but these universes are not the same (hopefully).

To me, Tolkien has created the deepest one because he created languages with their own linguistic systems, he invented an History which I had found difficult to understand at first with its mythology and characters. Plus, deaths in Tolkien’s world are never meaningless whereas they might be in Martin’s.

game-of-thrones-e14386134237221

Conclusion

If you love this type of universe, I can only advice you to read the books. Personally, I prefer Tolkien’s world because I find it richer and deeper. Maybe it’s also the case because I read Lord of the Ring when I was younger… Anyway, in both cases, we travel a lot and it remains a beautiful journey.

Littérature

Le merveilleux monde de Game of Thrones (Ou pas…)

Oui, je sais. Niveau originalité, je repasserai. Tout monde ou presque connaît, au moins de nom, la série télé du même nom. Cependant, je suis toujours étonnée de voir que les gens ne savent pas forcément que la série est tirée de livres. Ne comptez pas sur moi pour vous faire ni un résumé de l’histoire, ni un résumé de la série, ni une biographie de George R. R. Martin parce que d’une part, ça ne m’intéresse pas et d’autre part, parce que d’autres ont fait et feront toujours mieux que moi sur ce sujet.

Game of Thrones : un sujet fleuve de la culture Geek et littéraire.

Je vous l’accorde, commencer ce blog par une critique de Game of Thrones (GoT), c’était la solution de facilité puisque à la moindre mention de la série télé ou de la série de livres, Internet s’enflamme et bons nombres de théories fleurissent sur le sujet et il n’est pas toujours évident de passer au travers pour garder un semblant de surprise et de nouveauté. Cela dit, j’aime bien aller lire certaines théories (au risque de me spoiler l’intrigue dans les grandes largueurs) pour éventuellement validée l’une ou l’autre de mes théories. A me lire, vous pourriez penser que je n’apprécie pas plus que ça ni la série ni les livres et ce n’est pas vrai : j’apprécie énormément les livres et la série (je me désespère de savoir que la 8ème saison sera la dernière) mais il me manque quelque chose pour apprécier cet univers fleuve et désormais omniprésent dans la culture Geek.

Les livres VS. la série

Pour être franche, je ne suis pas une puriste GoT et je suis d’avis que les deux entités se valent. Je m’explique : les livres et la séries dégagent une atmosphère qui leur sont propres bien que les deux présentent des similitudes. D’un autre côté, l’un et l’autre se complètent mutuellement ; il y a tellement de personnages présents dans les livres et dans la série qu’avoir les acteurs de la série en tête au moment de la lecture peut aider à s’y retrouver un peu et puis de toute façon, ce n’est pas très grave puisque tous les personnages finissent par y passer : valar morghulis *. Mieux vaut ne pas s’attacher, surtout pas aux Stark mais ça, c’est une autre histoire… Il est également important de noter que la série télé s’est progressivement détachée des livres pour des raisons… pratiques ?

En effet, si Martin a commencé sa série littéraire en 1994, elle n’est pas achevée pour autant. Qu’à cela ne tienne : les deux (j’ai un doute sur le nombre exact) scénaristes de la série ont demandé à George R. R. Martin s’il pouvaient mettre en chantier le reste de la série bien que les livres soient en cours d’écriture ou pas encore écrit du tout. C’est comme ça que l’explosive saison 6 est arrivée sur les écrans de télé et c’est pour cette raison que je dis que la série et les livres sont deux choses distinctes.

Martin, le Tolkien américain ?

Evidemment, je ne pouvais pas parler de l’œuvre de Martin sans parler de l’œuvre de Tolkien puisque George R. R. Martin est considéré par certaines personnes comme étant le « nouveau Tolkien » ou « Tolkien américain » et c’est vrai qu’il y a des points communs entre les deux et je parle bien des œuvres ici, pas des auteurs.

Si les deux histoires se passent dans des mondes tout droit sortis d’une imagination débordante il y a quand même quelques différences. Martin s’est peu ou proue inspiré de certains évènements historique (la Guerre des roses et autres massacres prenant place dans l’histoire britannique) mais il a tellement brodé autour que ce n’est presque pas perceptible et c’est une bonne chose mais de là à le comparer à Tolkien… Je suis septique. John Ronald Reuel Tolkien a réellement tout créer de A à Z : un monde qui évolue au fil des Ages avec ses habitants, certains étant des héros légendaires, une généalogie hyper complexe sans parler des différents systèmes de langues. Bref, le travail et les recherches de Tolkien (c’est un universitaire avant d’être un écrivain) sont tellement complexe et étendus que je pense que nous disposons seulement de la partie visible de l’iceberg et je trouve que c’est une très bonne chose. Tolkien s’en est allé et nous a laissé un monde de mystère indéchiffrable dans sa totalité, quant à son homologue américain, je souhaite qu’il arrive au bout de sa série littéraire, ce qui je pense, finirait de les différencier et par la même occasion assouvirait la curiosité de certains tout en faisant taire les critiques des autres.

Conclusion

Comme je l’ai dit plus haut, il me manque quelque chose dans ma lecture de George R. R. Martin ; cet émerveillement d’enfant que j’ai eu lors de ma lecture du Seigneur des anneaux de Tolkien par exemple. Mais GoT a d’autres atouts : son rythme et son suspense implacable et certains personnages attachants, pour diverses raisons. De plus, si vous aimez ce genre d’univers et de littérature, la séries de livre permet de s’évader et c’est pour moi, le but premier de la lecture.

Petit extrait : « Les intrus n’avaient fait que quelques pas dans le bois sacré lorsqu’il les découvrit ; une femelle et un jeune mâle qui ne manifestèrent aucune espèce de frayeur, lors même qu’il leur montra la blancheur de ses crocs. Et son frère eut beau émettre un grondement de gorge, ils ne s’enfuirent pas d’avantage. »

Le Trône de fer, l’intégrale 2 « Bran » p. 326 George R. R. Martin, ed. J’ai lu

Les Plus :

  • Le rythme et le suspense
  • La série
  • La longueur des chapitres (rarement + 25 pages)

Les Moins :

  • La comparaison avec Tolkien qui n’a pas tellement lieu d’être
  • Beaucoup, beaucoup de personnages
  • La traduction française de J. Sola : trop lourde et souvent archaïsante

Conseil : Achetez plutôt les livres tomes par tomes ; les intégrales peuvent paraître pratiques mais vos ouvrages risquent de se retrouver dans le même état que mon édition…

etat-got-book

* : « Tout Homme doit tôt ou tard mourir«