Balade au Domaine des planons

A St-Cyr-sur-Menthon, perdu au milieu des champs de tournesols et de maïs se trouve le Musée de la Bresse, autrement appelé le Domaine des planons. Le domaine est d’abord remarquable de part sa taille conséquente puisqu’il s’étend sur 30 hectares, cela témoigne de la richesse du propriétaire pour l’époque puisque les exploitations agricoles et fermières de l’époque ne faisaient souvent pas plus de 8 hectares.

20170715_160527[1770]

La construction du domaine a débuté au XVème siècle pour le premier bâtiment et elle s’est poursuivie jusqu’au XIXème pour les derniers bâtiments construits (je n’ai plus les dates en tête précisément). La photo ci-dessus présente une partie des étables et espaces de stockages transformés en petites salles de musée.

L’aspect le plus intéressant du domaine est sans conteste la maison typiquement bressane, reliée au reste des bâtiments par une galerie couverte, également un autre signe de richesse du propriétaire. Ce lieu a été habité jusqu’en 1992 puis ouvert au public en tant que musée en 1995, le temps de faire quelques travaux de rénovation nécessaires à l’accueil de visiteurs. Le tout est parfaitement conservé, notamment grâce au travail de reconstitution du mobilier des différentes pièces qui forment la maison.

20170715_154543[1773]

Malheureusement, toutes les pièces ne sont pas accessibles pour un fauteuil (électrique tout du moins), mais la plupart le sont grâce à des plans inclinés en métal fixés dans le sol. Pour les pièces où je n’ai pas eu accès, ma mère a fait des photos pour moi.

Pour finir, cette visite m’a beaucoup plu. On apprend pleins de choses sur la vie des gens du coin et c’est plus concret qu’une simple visite de musée, grâce aux explications du guide ; c’est sûrement la raison pour laquelle je n’ai pas aimé la visite de l’exposition permanente qui présentait la Bresse, que l’on a fait ensuite.

 

20170715_161820[1768]
Avec ma marraine

Une demie journée au musée des Confluences à Lyon

J’ignore ce que vous avez prévu pendant votre été et vos vacances mais si vous êtes dans les parages de Lyon et que vous chercher à vous occuper en extérieur, tout en vous préservant de cette chaleur caniculaire, vous pouvez toujours aller au Musée des Confluences, jeter un œil aux différentes expositions temporaires de qualité du musée.

Exposition Venenum, un monde empoisonné

Exposition Venenum

L’exposition phare du musée en ce moment et jusqu’en avril 2018. Elle retrace l’histoire d’un monde plus « empoisonné » qu’on ne pense, de l’Antiquité à nos jours en passant bien sûr par le Moyen-Age et plus étonnant, le XXème siècle et les Grandes Guerres. L’exposition est très bien organisée autour d’une scénographie très bien pensée, qui retrace chronologiquement l’histoire des poisons suivant les époques et donc les modes. La salle est assez grande, ce qui permet de se déplacer sans marcher sur son voisins. Enfin, si vous n’êtes pas du genre expos sachez quand même que c’est une exposition ludique où l’on apprend pleins de petites choses (parfois insolites). Bref, on y passe un bon moment tout en se cultivant : bref, je ne peux que vous la conseiller même si de mon point de vue, certaines parties étaient plus intéressantes que d’autres.

 

Exposition Lumière ! Le cinéma inventé

Hors Série Télérama Les Lumière font leur cinéma

Amis cinéphiles, cette exposition est définitivement pour vous ! En partenariat avec l’Institut Lumière de Lyon, le Musée des Confluences vous propose de revenir sur les traces d’Auguste et Louis Lumière, les frères Lumière, inventeurs de génie à qui l’on doit le cinématographe, appelé plus communément cinéma.

Là aussi, la salle est très vaste, ce qui permet une circulation fluide entre les objets présentés et les films projetés. La scénographie est encore plus réussie que dans la salle précédente avec un jeu sur l’éclairage qui met parfaitement en valeur les différents objets présentés, des plaques utilisées pour le fonctionnement des « lanternes magiques » aux premières photographies couleurs (absolument époustouflantes d’ailleurs).

Seul bémol : je n’ai pas pu profiter d’un ou deux films projetés parce que placés dans endroits où il fallait regarder dans des petits trous (comme des jumelles) et ces trous étaient trop en hauteur. Mais cela n’empêche pas de profiter de cette exposition très réussie. Je précise également que si vous avez du mal à vous déplacer parce que vous êtes en fauteuil ou autre, cette exposition vous donne une chance d’avoir accès aux collections de l’Institut Lumière qui lui n’est malheureusement pas accessible (et c’est bien dommage !)