Littérature

[V.O.] Le Catch à vie

S’il y a un genre que j’affectionne un peu plus que les autres dans la littérature, c’est le genre autobiographique. Bien évidemment, toutes les autobiographies ne se valent pas et n’ont pas le même intérêt. Cependant, ce que j’aime avec les autobiographies (si elles sont écrites avec la sincérité et le recul nécessaires), c’est qu’elles permettent de recentrer l’auteur, le plus souvent une célébrité, dans la société pour ce qu’elle est et non pas pour sa gloire. L’autobiographie permet de descendre la célébrité de son piédestal, de même qu’elle permet de découvrir ou approfondir ses « connaissances » sur la personne en question. C’est vrai que présenté comme ça, il y a une petite notion de voyeurisme qui peut entrer en jeu mais si la célébrité décide d’écrire sur sa vie et qu’en face, les gens y trouvent suffisamment d’intérêts alors je pense que cette notion disparaît parce l’auteur a passé une sorte de pacte avec son lecteur (c’est le cas pour tous les livres).

Wrestling for my Life – Shawn Michaels

Les personnes qui suivent ce blog régulièrement savent qu’un de mes passe-temps c’est le catch. Bien entendu, je ne pratique pas mais j’aime beaucoup regarder à la télé ou sur ma tablette via l’appli dédiée. Le mieux étant encore de pouvoir assister à des matchs quand l’occasion se présente.

J’ai évidemment mes catcheurs et catcheuses préférés et je pense que je ne vais rien vous apprendre de surprenant si je vous dis que Shawn Michaels en fait partie. J’ai acheté son livre à sa sortie en 2015 et je l’ai fini hier au soir (commencé 10 jours plus tôt). Shawn Michaels est très connu au Etats-Unis, le catch étant plus répandu que chez nous. Pour en revenir à son autobiographie, j’ai passé un agréable moment de lecture.

couverture-wrestling-for-my-life

Le catcheur y parle sans tabou de sa foi chrétienne (Shawn Michaels est ce que l’on appelle un « born-again Christian » ou chrétien né de nouveau) et comment cette dernière l’a sauvé de lente descente aux enfers faite de beaucoup d’argent, de drogues, d’antidouleurs et d’ennui parce qu’il « ne s’aimait pas lui même ». Il raconte aussi sa passion pour la vie en extérieur et la chasse. Le livre est également intéressant parce qu’il explique qu’être catcheur et croyant n’est pas chose aisée et qu’il faut trouver le bon équilibre entre certains impératifs professionnels et ses croyances personnelles. Cependant, même si le livre est assez court (164 pages pour 14 chapitres), j’ai trouvé certains passages redondants et je pense qu’il y a eu quelques redites auraient pu être évitées.

 A la réflexion, le livre m’a également donné un exemple concret de certaines notions que j’ai eu l’occasion d’aborder au cours de ma Licence (coucou les cours de Civilisation américaine de Mr. H.) donc cette lecture m’a rappelée de bons souvenirs !…

Conclusion

Je me doute bien que vous n’allez pas vous jeter sur Internet pour acheter cette biographie mais si vous êtes curieux/se (et que vous comprenez bien l’anglais), vous pouvez toujours y jeter un œil même si vous ne partagez pas les mêmes convictions que l’auteur, ce qui est mon cas.

Actualités

La WWE à Lyon, j’y étais

Après avoir passé une semaine remplie d’imprévus en tout genre, j’avais vraiment hâte que le week-end prolongé arrive, histoire de me changer les idées. Vendredi 11 novembre, j’ai été assister à un spectacle de divertissement sportif, ou autrement dit du catch. C’est quelque chose que je suis depuis deux ans, de manière la plus assidue possible.

Cela dit, je ne me considère pas comme une spécialiste parce que je me tiens informée seulement sur la World Wrestling Entertainment (WWE), première fédé de catch dans le monde. Pour être plus juste, je dirais que je suis très grande amatrice. Donc c’était vendredi, et c’était génial.

Je ne me souviens pas de tous les matchs d’ailleurs mais j’en ai eu pour mon argent même si bien sûr, tous les matches ne se valaient pas pour des questions d’intensité et d’affinités avec les différents personnages de catcheurs. Mais je tiens à souligner qu’il n’y a pas eu de temps morts, ou en tout cas, je ne m’en suis pas aperçue.

20161111_175226044

Comme vous pouvez le constater, je n’étais pas trop mal placée et cela à rajouter à mon plaisir personnel de bien pouvoir voir tous les matchs. C’est la seule photo que j’ai pris, avant que le spectacle ne commence, et puis j’ai rangé mon portable pour me laisser porter par l’ambiance. Même si j’aurai bien voulu que ma vidéo sur le match de championnat féminin rende quelque chose à vrai dire mais je m’en fiche.

J’ai pu voir certains de mes catcheurs préférés, il en va de même pour les femmes et juste pour ça, je suis contente parce qu’il y a eu d’excellentes surprises pour ma part. Après, le seul bémol fut le monde à la boutique de merch mais là encore, c’est dérisoire si je dois comparer avec le moment que j’ai passé ce soir-là.

Enfin, je tiens à remercier l’amie qui m’accompagnait. Merci pour tout.