Bande-Dessinée/Comics

[BD] [Découverte] Clinton Road

En ce Vendredi caniculaire, j’avais envie de vous proposer quelque chose de rafraichissant ; de quoi vous faire passer un bon moment de lecture plein d’aventure et de frissons… Attention, il se pourrait bien que le coup de cœur vous attende au bout de la route.

Petite pépite cherche lecteur curieux

Au départ et comme bien souvent, je n’étais pas partie pour acheter de nouvelles BD, juste un cadeau pour l’anniversaire de ma mère mais comme d’habitude lorsqu’on me lâche dans la jungle livresque d’une librairie, je ne résiste pas bien longtemps pour peu que la curiosité prenne le dessus. Ce fut bien évidemment le cas avec cette petite BD au format Comics signée Vincenzo Balzano sinon je ne vous en parlerai pas ici. Sobrement intitulée Clinton Road, cette pépite plonge le lecteur dans un univers oppressant et angoissant dès les premières pages. L’histoire suit un ranger nommé John qui patrouille le long de la Clinton Road, à la recherche d’indices sur une étrange histoire de disparitions d’animaux aux environs.

Concrètement, ce n’est pas un coup de cœur même s’il ne manque pas grand-chose et je ne peux que vous conseiller d’y jeter un œil ou de l’acheter si vous pouvez. Premièrement, vous risquez de passer un bon moment si vous appréciez ce genre littéraire que ce soit en BD/Comics ou livres classiques ; deuxièmement, vous soutiendrez l’auteur et la maison d’édition française derrière et ça c’est cool… Enfin troisièmement, et parce que je suis un peu à court d’arguments, si vous aimez les dessins à l’aquarelle, foncez. Les dessins sont superbement réalisés à l’aquarelle et donne une autre dimension à cette BD déjà bien à part. Et en plus, c’est en un seul tome.

Il y a un petit quelque chose de Stephen King dans l’atmosphère de cette histoire, sans oublier bien sûr le côté légende urbaine omniprésente – le genre d’histoire qu’on se raconte pour se faire peur le soir au coin du feu. Cependant, malgré tous ces points positifs, on relèvera le scénario trop simpliste par moment : le dénouement arrive un peu vite et il est facile de se rendre compte de quoi il est question réellement… quoique, le retournement de situation à la fin est bienvenu et amène une dernière touche de piquant à cette histoire très réussie.

Conclusion

Clinton Road est une BD très satisfaisante et très bien réalisée qui vaut le coup d’œil. C’est une belle découverte et à vrai dire, j’aurais aimé qu’elle m’occupe un peu plus que quelques heures dans ma matinée d’hier. Toutes les bonnes choses ont une fin et je suis ravie d’avoir fait un bout de chemin, ou de route, avec John et son vieux ciré rapiécé. Clinton Road est éditée aux Editions Ankama, maison d’édition française à Roubaix qui édite également des jeux vidéo dont DOFUS je crois. Bref, lire, passer un bon moment et soutenir une petite maison d’édition indépendante, c’est presque gratifiant.

Note : 4.5 sur 5.