Littérature

[Beau livre] Pirates! L’art du détournement culturel

Il fait beau, il fait chaud ; trop chaud même, et on ne peut pas vraiment dire qu’on profite véritablement de l’été (sauf si profiter veut dire rester cloitrer chez soi)… Du coup, on essaie de se tenir au frais autant que possible avec de l’eau et un brumisateur à proximité ; au moins on en profite pour lire des choses sans prise de tête mais néanmoins intéressantes.

L’occasion pour moi de vous parler de Pirates! L’art du détournement culturel de Sophie Pujas, aux éditions Tana  que je viens tout juste de terminer. Ce livre est à ranger dans la catégorie des beaux livres, de ceux qu’on offre pour les grandes occasions ; d’ailleurs il était sous le sapin invisible 2017 et je me suis régalée.

Couverture Pirates! L'art du détournement culturel

Ce livre traite d’art contemporain et bien souvent je suis assez hermétique à toute forme d’art contemporain, dont je me moque souvent par le jeu de mot que vous devez connaitre si l’art contemporain est la cible de vos railleries : avouez que vous le connaissez l’art content pour rien… Heureusement ce qui est bien dans l’art contemporain, c’est qu’il y en a pour tous les goûts et cet ouvrage ne fait pas exception à la règle. Certaines choses m’ont laissées de marbre quand d’autres m’ont carrément fait rire aux éclats ou simplement émue à cause de la poésie qui se dégageait de l’œuvre. Bien entendu tout reste subjectif et sujet à interprétations, donc il se peut très bien que cela vous passe au dessus et pourquoi pas, après tout.

Ce qui est très intéressant dans ce livre, c’est que l’art contemporain est abordé par le prisme du détournement sous toutes ses formes et si vous connaissez des sites comme le Gorafi ou The Onion, il y a de fortes chances pour que cette lecture soit faite pour vous puisque ces deux sites pratiquent le détournement d’informations de façon humoristique ; si vous êtes sensible aux travaux d’Un faux graphiste ou si vous suivez ses tweets sur la toile, allez-y aussi – il est évoqué dans l’ouvrage et certains travaux sont reproduits. L’ouvrage retrace également l’historique du détournement artistique et développe certains thèmes comme par exemple le féminisme, la culture populaire et la culture geek ou bien encore la défense de l’environnement et des animaux.

Outre tout cela, le livre offre également matière à réflexion à propos de sujets très actuels. On peut citer la place de l’image et de la publicité dans la société ou encore la question très présente du droit d’auteur pour des raisons plus qu’évidentes ici. L’ouvrage a beau se présenter un peu sous forme de thèse, ce n’est pas du tout chiant à lire – j’ai trouvé ça très ludique à propos. Il faut dire que l’objet s’y prête bien et que la mise en page est pensée pour mettre cet aspect en avant (et rendre l’art contemporain moins et plus accessible). Un petit mot aussi sur l’épaisseur du livre : il ne fait que 189 pages certaines sont évidemment des images des œuvres des différentes personnes présentées dans l’ouvrage donc si vous n’aimez pas beaucoup lire ou l’art contemporain ou les deux…

Pour finir je vous propose une petite liste des artistes qui ont retenus mon attention (dans l’ordre d’apparition du livre) : Nadège Dauvergne, Paperbayo, Sandrine Estrade Boulet, Hans-Peter-Feldmann, Blase, certaines œuvres de Thomas Robson, Un faux graphiste évidemment, le Collectif Auguste Derrière, Robert Montgomery, Tatsuya Tanaka, Javier Pérez et enfin Soasig Chamaillard. Avec tout ça, vous aurez de quoi faire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s