Littérature

[Contemporain] La Bibliothèque noire

Un des avantages de faire son stage en médiathèque, c’est de pouvoir lire des ouvrages en relation avec le mémoire de stage et la problématique de ce dernier. C’est pour cette raison que j’ai suivi les recommandations de ma collègue et que j’ai emprunté (et lu) La Bibliothèque noire de Cyrille Martinez, un livre que je n’aurais jamais lu autrement et dont j’aurais probablement ignoré l’existence. Et pour cause…

La Bibliothèque noire, un roman ?

Pas si sûr… Laissez-moi vous expliquer. Certes, ce petit livre est rangé dans la catégorie « Roman » mais au fil des pages, je me suis aperçue que je ne considérais pas ce livre comme un roman mais plutôt comme un hybride entre une sorte d’essai retraçant l’histoire de la lecture publique, de la science-fiction et un plaidoyer en faveur des livres et de la lecture.

Cette lecture m’a intéressée mais ce n’est pas un livre dont je me souviendrais je pense. D’une part, parce qu’il n’y a pas vraiment histoire, bien qu’à un moment il y ait une vague histoire de disparition suspecte mais cette piste pourtant intéressante n’est pas exploitée plus que ça… en fait, un des problèmes je pense, c’est que toutes les pistes sont exploitées et le récit à tendance à partir dans tous les sens sans but précis. Le livre par dans tous les sens et la lectrice que je suis à fini par se perdre et je me suis demander plus d’une fois où l’auteur voulait en venir. Puis j’ai fini par comprendre et j’en suis venue à la conclusion qu’il avait une drôle de façon d’atteindre son but : défendre la lecture et les livres mais bon, après tout pourquoi pas.

9782283031155-94717[1]

Le livre m’a autant amusée que gênée. Sûrement parce que l’auteur décrit des vérités que je retrouve dans mon quotidien du fait de mon stage mais il y a quelque chose qui me gêne un petit peu – l’auteur semble privilégier et accorder ses faveurs seulement à  certains types de lecteurs et certains types de livres… comment dire ? A titre personnel, je suis très contente de voir les personnes dont il se moque plus ou moins gentiment dans son livre à la médiathèque. Ces personnes participent à la vie d’une bibliothèque, qu’elles lisent ou non ! Et ce fantasme du tout-numérique qui supplanterait le support papier… Mouais. Non. D’ailleurs, toujours dans cet aspect de science-fiction, cet ouvrage m’a rappelé un autre ouvrage de science-fiction : La Maison enragée de Richard Matherson, ouvrage dans lequel tous les objets de la maison finissent par prendre vie. Même phénomène dans La Bibliothèque Noire : les livres mènent leurs petites vies et c’est un peu troublant au départ, ça finit par être amusant.

« Que se passe-t-il dans les bibliothèques la nuit, derrière les portes closes et les banques de prêt désertes ? Les lecteurs choisissent-ils leurs livres, ou est-ce plutôt l’inverse ? Vient-on en bibliothèque pour travailler, voyager, ouvrir ses mails ou avoir chaud ? Et si la bibliophilie était un sport de combat ?

Partant de l’univers policé de la Grande Bibliothèque et retraçant l’histoire de la lecture publique, ce roman nous mène jusqu’aux forêts urbaines où s’échafaude l’utopie d’une bibliothèque noire, sauvage, avec la liberté de lire et d’écrire pour unique mot d’ordre.

On a planté une forêt au milieu de la Bibliothèque. Drôle d’idée. Si j’avais eu mon mot à dire, j’aurais fait l’inverse : une bibliothèque au cœur d’une forêt.  »

La Bibliothèque noire, Cyrille Martinez, Quatrième de couverture, Ed. Buchet-Chastel, coll. Qui Vive; 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s