Cinéma

Plongée en plein cœur d’un monde onirique

Je n’avais pas spécialement prévu d’aller au cinéma aujourd’hui mais ma matinée fut quelque peu rude et j’avais besoin de me changer les idées et La forme de l’eau (The Shape of Water) est tombé à pic. Venez, je vous emmène.

DUWbG0RVAAAmM3A[1]

Je ne connais pas très bien Guillermo Del Toro donc je n’ai pas de point de référence par rapport à l’une ou l’autre de ses réalisations. Je savais seulement qu’il avait un univers particulier.

L’histoire est ni plus ni moins qu’une histoire d’amour entre Eliza Esposito, une jeune femme muette qui est agent d’entretien dans un centre d’études aérospatiales, et une créature amphibie. Le tout sur fond de Guerre froide.

J’ai beaucoup aimé le film qui a sûrement des points faibles mais très honnêtement, on se laisse emporter et porter par cette histoire d’amour atypique. A ce propos, je pense que cette histoire d’amour fonctionne parce qu’Eliza est muette et qu’elle développe une relation avec cette créature par le langage des signes, ce qui rend le film encore plus poétique à mon sens. C’est un film tout en délicatesse qui laisse transparaitre un monde onirique où l’on à l’impression de flotter en compagnie de l’héroïne. Si vous cherchez des points de comparaison, on peut notamment citer Avatar pour l’amphibien qui ressemble aux Na’vis ou Big Fish et Edward aux mains d’argent pour le côté onirique et poétique, ou encore E.T ou même Le fabuleux destin Amélie Poulain.

Les personnages sont un peu stéréotypés et cela donne un côté parfois un peu trop lisse et convenu au film cependant ce n’est pas gênant. Ce n’est pas un thriller psychologique donc les méchants sont bien méchants et pas très intelligents et les gentils parviennent à s’en sortir, comme dans un dessin animé des studios Disney. Malgré cet aspect qui peut dérangé certains, le film n’est pas plat et seulement réservé à « une élite ». J’ai été surprise de voir que l’on riait beaucoup pendant le film.

Quoiqu’il en soit, La forme de l’eau est un film qui fait parler de lui et qui je pense ne laissera personne indifférent. Mais il vaut quand même le coup d’œil.

Note : 7,5/10.