Cinéma

All you need is… Pirates!

Fête du Cinéma oblige. Comme le titre l’indique, Pirates des Caraibes 5, la vengeance de Salazar fut mon choix. J’appréhendais grandement mais Jack Sparrow et ses (nouveaux) acolytes étaient bel et bien au rendez-vous pour vous embarquer avec eux.

106609.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

L’opus précédent a été une catastrophe. Tout ce dont je me souviens du précédent c’est Penelope Cruz dans le rôle de l’ex vénère de ce cher Jack et aussi de la scène post-générique qui introduit le méchant du prochain film sans que l’on en sache plus. Salazar donc, et c’est le grand méchant du nouvel épisode de la franchise et ma foi, cela fonctionne plutôt bien.

En plus de retrouver l’humour de la première trilogie qui a fait son succès, on retrouve certains visages connus qui forment une bande de joyeux personnages colorés qui ont beaucoup évolué ou pas tellement. A ma plus grande joie, Barbossa (Geoffrey Rush) est de retour, plus riche que jamais à tel point qu’on dirait qu’il se noie dans le luxe et les pièces d’or, ce qui n’est pas pour déplaire à un pirate. A l’opposé, bien sûr et presque comme une évidence, vous avez ce cher Jack qui traine encore et toujours sa malchance : son Black Pearl chéri est enfermé dans une bouteille et il en est réduit à une piètre tentative de piller une banque sur la terre ferme donc, en guise d’acte de piraterie. C’est moyen pour un pirate digne de ce nom, de devoir rester sur la terre ferme… Quoique. C’est plus sûr, croyez moi… Mais pour savoir pourquoi, il faut voir le film.

C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure confiture à ce qu’on dit, et c’est très probablement vrai puisque le film réalisé par Joachim Rønning et Espen Sandberg est un retour aux sources. Le trio change sans tellement changer puisqu’on retrouve deux intrépides aux côtés du pirate à la démarche de moineau, j’ai nommé : Carina Smyth (Kaya Scodelario) et Henry Turner (Breton Thwaites), le fils de Will Turner et Elizabeth Swann. Tous deux se retrouvent donc aux côtés de Jack pour des motifs bien différents mais au final, peut-être bien plus similaires qu’on ne pense.

Le film va crescendo pour se finir en apothéose avec une scène post-générique que personne ne voit venir et qui si elle remplit sont rôle comme attendu, alors cela promet de très belles choses pour l’opus suivant… En attendant, on ne peut que se réjouir du retour de Jack et de la prédominance du rôle de Kaya Scodelario dans un film de piraterie. Assurément un joli coup pour Disney et Johnny Depp.

Note : 8,5/10.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s