Cinéma

Wonder Woman, une héroïne qui en a dans la cuirasse.

Hier, je me suis enfin décidée à retourner au cinéma pour aller voir un film que j’attendais tout particulièrement. Voici mon ressenti sur le film et la symbolique autour de celui-ci.

1491990205555-1[1]

Je crois que le titre de l’article est assez explicite à lui seul. Il était grand temps que l’industrie cinématographique laisse une plus grande place aux personnages féminins dans les films de superhéros, sans qu’elles soient passives et potiches. Et quelle meilleure ambassadrice que Wonder Woman, princesse Amazone de l’ile de Themyscira, appartenant à l’univers DC Comics ? Personnellement, je ne vois personne d’autre. Parce que Wonder Woman est icône et fait largement partie de la « pop culture » (culture populaire).

Créer à partir de 1940 par William M. Marston, qui veut que les petites filles de l’époque puissent s’identifier à un personnage féminin fort, libre et courageux, Wonder Woman a acquis son statut de femme courageuse et indépendante au fil des ans et a été popularisée grâce à Lynda Cater dans la série télévisée éponyme de 1975 à 1979. Depuis, le succès ne se dément pas et le film de 2017 s’inscrit totalement dans cette lignée.

Un pari audacieux

Wonder Woman est un pari sur l’avenir concernant les films de superhéros. J’espère que le film ouvrira la voie à d’autres films dont les femmes seront tête d’affiche. Je pense notamment à l’adaptation de Captain Marvel pour citer les concurrents de DC. Donc je souhaite et j’espère sincèrement que l’industrie du cinéma saura tirer profit de l’engouement qu’a pu susciter le film chez les spectateurs et notamment, chez les spectatrices.

C’est un numéro d’équilibriste puisqu’il faut veiller à ne pas tomber dans le cliché d’un côté ou de l’autre. Pour une première avec une si grande attente, je dirais que le pari de Warner Bros en association avec DC est réussi. C’est une bonne chose selon moi qu’une femme, Patty Jenkins, ait réalisé ce film parce qu’elle a su jongler et s’adapter au personnage « poids-lourd » de Wonder Woman en évitant les pièges les plus dangereux.

mais de petites faiblesses malgré tout.

Si la réalisatrice a réussi à transformer l’essai et faire de ce film, un bon film, je dois émettre un peu de réserve concernant le scénario et c’est à mon sens, le petit point faible du film. Tout d’abord, j’ai trouvé le film un peu long à démarrer bien qu’il soit nécessaire de placer correctement le contexte et puis certains passages m’ont paru interminables alors que d’autres passages auraient peut-être mérités que l’on s’y arrête un peu plus.

Ce qui m’a fait réagir aussi, c’est la réaction de certains dans le public. J’ai trouvé ça étonnant que les gens réagissent autant à cause de certains personnages, notamment les Amazones et Arès. Dans le film ça ne m’a pas dérangé mais je pense comprendre pourquoi les gens ont réagi ainsi. Il est vrai que DC Comics s’est un peu arrangé avec la mythologie grecque mais ce n’est pas trop gênant parce qu’ils ont recréer leur propre mythologie en s’en inspirant, alors ce n’est pas bien grave si Arès est le grand méchant du film alors qu’il ne l’est pas dans la vraie mythologie grecque (bien qu’il ne soit guère apprécié des autres Dieux et des grecs dans la mythologie). Ce n’est de toute façon pas un film sur la mythologie mais sur Wonder Woman.

Note : 7,5/10.

Sources : Wikipédia : Wonder Woman, Wonder Woman (série télévisée), Themyscira, Arès

1 réflexion au sujet de “Wonder Woman, une héroïne qui en a dans la cuirasse.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s