Littérature

[V.O] Némésis

Némésis (ou Nemesis) est 31ème et dernier roman de Philip Roth, auteur américain de renommée internationale. Il est paru en 2010 aux Etats-Unis et en 2012 en France aux éditions Gallimard. Et c’est un petit livre (280 pages en VO) que j’ai relu avec autant de plaisir qu’à ma première lecture lorsqu’on me l’avait offert pour Noël il y a quelques années de ça.

De quoi parle ce petit livre ?

Le récit se déroule en majeure partie pendant l’été 1944 aux Etats-Unis dans le quartier juif de Newark dans le New Jersey et raconte l’histoire d’Eugene « Bucky » Cantor, directeur d’un centre sportif pour enfant et prof de sport. Très soudainement, la vie du très animée de ce quartier se trouve chamboulée par l’apparition de la poliomyélite qui se propage très rapidement dans le quartier, touchant en premier lieu les enfants dont s’occupe Bucky.

Couverture Nemesis

Pourquoi j’ai aimé ce livre ?

Le livre est relativement court et se lit rapidement, malgré quelques termes un peu techniques relatifs à la maladie et sa prise en charge à l’époque. Ensuite, j’ai beaucoup aimé le fait que l’histoire soit racontée par un narrateur qui se trouve être un personnage secondaire et du coup, ce narrateur a suffisamment de recul pour émettre un jugement ou non sur les évènements quelque peu dramatique parfois.

Parce qu’effectivement, Nemesis peut être considéré comme une tragédie moderne, le titre étant un premier indice puisque dans la mythologie grecque, Némésis, fille de la Déesse Nyx, est la Déesse de la Vengeance en charge notamment de punir l’hubris des hommes. Je ne vous en dis pas plus sur ce sujet pour ne pas vous révéler la fin du roman.

Et puis sur un autre plan, le relire maintenant dans cette époque troublée politiquement apporte une dimension qu’il n’y avait pas je pense, lorsque je l’ai lu la première fois et je pense que ce qui se passe aux Etats-Unis actuellement n’y est pas étranger. En effet,  le roman se passe aux Etats-Unis, pendant la guerre et dans une communauté juive et le héros bien que de confession juive lui aussi, passe son temps à chercher un raison à tout ce qui se passe pendant qu’une sorte de psychose inquiétante s’installe et s’intensifie autour de lui au fur et à mesure que l’épidémie de polio progresse. Il y a de très belles pages dans le livre sur comment un simple évènement, en apparence anodin, peut progressivement se transformer en psychose et/ou diviser une société, une communauté en voulant à tout prix chercher un bouc émissaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s