Littérature

[Beau livre] Le Silmarillion

Après une série d’articles sur les deniers films que je suis allée voir, je me suis dit qu’il fallait que je m’occupe de la partie littéraire de ce blog puisque c’était son but premier : vous parler de littérature. Donc j’ai lâché un peu mon ordinateur afin de finir Le Silmarillion de ce cher J. R. R. Tolkien, commencé il y a plus d’un mois.

Couverture Silmarillion

Evidemment, ce livre s’adresse avant tout aux fans de l’univers du Seigneur des Anneaux. Cela va de soit, puisque le Silmarillion regroupe des contes et légendes écrits par Tolkien afin de retracer la création de la Terre du Milieu ainsi que son évolution au cours du Premier Age. L’accent est porté sur les créateurs de la Terre du Mileu, les Ainurs mais aussi sur les Elfes et les Premiers Hommes. C’est d’ailleurs dans le Silmarillion que l’on trouve le magnifique conte de « Beren et Luthien », conte que Tolkien aurait écrit pour célébrer l’amour qu’il portait à sa femme (ce qui ce comprend lorsqu’on tombe sur cette phrase :

« Et j’ai trouvé ici, non pas ce que je cherchais, mais ce que je voudrais garder toujours. » Tolkien, Le Silmarillion, p.164. Ed. Christian Bourgois.

Difficile de faire plus belle déclaration d’amour que ce conte très honnêtement, en tout cas dans l’univers de Tolkien.

Pour revenir plus en détail sur l’ouvrage, il est a classé dans la catégorie des Beaux livres et malheureusement, l’appareil photo de mon téléphone ne rend pas justice aux sublimes illustrations de Ted Nasmith, raison pour laquelle je n’ai pris que la couverture. Le livre est assez lourd, relié à la manière d’anciens ouvrages et est édité aux Editions Christian Bourgois. Comme dans l’édition du Seigneur des Anneaux, on retrouve à la fin du Silmarillion des annexes portant sur la généalogie de différents personnages important et également des indications sur la prononciation du langage des Elfes et leur variantes dans les différentes langues, qu’elles soient elfiques ou non.

Pour finir, les illustrations ajoutent du charme à ce livre monde et bien évidemment, pour peu qu’on accroche à cet univers, (malgré sa complexité) on part en voyage immédiatement et pour longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s