Cinéma

L’engagement de Captain Fantastic

La plupart du temps, le cinéma c’est l’art du divertissement par la fiction. Mais pas seulement : le cinéma peut être (et doit le cas échéant) aussi engagé. Le but est d’amener le spectateur à avoir une réflexion, un avis sur un sujet donné, d’actualité ou non. Et c’est justement le cas de Captain Fantastic de Matt Ross.

324651-jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx1

L’histoire est celle de Ben (Viggo Mortensen) qui a fait le choix délibéré d’élever ses six enfants en pleine nature mais un évènement le pousse à reconsidérer cette décision.

Pas seulement un remake de Robinson Crusoé

Certes le synopsis d’un père élevant seul ses six enfants en pleine forêt dans le nord-ouest des Etats-Unis y fait forcément penser. C’est normal puisqu’il y a eu de nombreuses réécritures et interprétation de l’œuvre de Defoe depuis sa parution en 1719. Cependant réduire Captain Fantastic à une pâle interprétation moderne de Robinson Crusoé serait franchement réducteur et mal venu. Il s’agit en fait d’un prétexte pour cadrer le film et lancer l’histoire sur fond d’un road-trip époustouflant et plein de vie.

Une critique de la société de consommation sur fond d’idées utopistes

 Le film est une critique de la société actuelle dans le sens où il essaie de montrer certaines aberrations que l’on peut rencontrer (et cautionner pour certaines personnes) dans le monde tel qu’il est aujourd’hui, sans tomber dans l’excès jusqu’auboutiste du film de Sean Penn Into the Wild (2007). On peut également noter des échos avec le film Le cercle des poètes disparus (1989) notamment avec le titre du film. Mais si, vous voyez forcément de quoi je parle : John Keating, « Oh Captain! My Captain » tout ça…  et puis aussi parce que Captain Fantastic pose la question de l’éducation et soulève la question de l’utilité du « système traditionnel » ou si on peut, là aussi, faire autrement.

Minute fangirl

Viggo Mortensen. Les yeux de Viggo Mortensen. Je m’égare ? Bref, Viggo. Il est tellement fantastique dans ce film (sans mauvais jeux de mots), il irradie le film et l’histoire par son charisme et sa justesse.

Mention spéciale pour les enfants du Captain qui oscillent d’une émotion à l’autre, une des raisons pour laquelle Captain Fantastic est non seulement un road-trip movie mais aussi un film qui fait du bien, un « feel-good movie », vraiment.

Note : 8/10.

Le plus pour approfondir une des notions clé du film : Cette vidéo (en anglais) sur l’éducation et le « Hackschooling »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s