[Contemporain] Meurtres à Willow Pond

Couverture Meurtres à Willow Pond

A l’occasion de Quai du Polar, qui s’est tenu à Lyon début Avril (les 6 et 7 Avril je crois), j’ai eu une requête bien particulière : puisque ma mère se rendait sur place pour faire le plein de romans policiers, je lui ai demandé si elle pouvait me trouver un livre en particulier : Meurtres à Willow Pond de Ned Crabb dont j’avais lu le Prologue sur le site de l’éditeur et cette lecture a éveillé mon intérêt autant que ma curiosité.

Une fois le roman en ma possession, je n’ai pas résisté bien longtemps à l’appel des sirènes ; j’ai dû tenir un jour à tout casser et puis j’ai fini par mordre à l’hameçon (le jeu de mots est intentionnel), et je n’ai quasiment pas lâcher l’ouvrage. Au diable mes lectures en cours – de toute façon, il faudra que je reprenne La servante depuis le début parce que ma lecture s’est exagérément étendue dans le temps… Je ne sais pas si c’est navrant ou indécent de faire trainer une lecture autant… ? Mais bref, ce n’est pas le sujet de cet article ici présent.

Je vais plutôt vous parler de Meurtres à Willow Pond, livre devant lequel je suis quasiment en admiration que c’en serait presque ridicule si le livre n’était pas aussi captivant d’un bout à l’autre, autrement dit sur 405 pages.

« Alicia et Six Godwin coulent une existence paisible jusqu’au jour où ils partent en week-end dans le luxueux lodge que leur richissime cousine, Iphigene Seldon, dirige d’une main de fer. Agée de soixante-dix-sept ans et dotée d’un caractère bien trempé, la vielle dame a justement convoqué ses nombreux héritiers pour leur annoncer qu’elle s’apprête à modifier son testament. Au lodge, l’atmosphère devient électrique. Tandis qu’un orage se prépare, tous les membres de la famille se laissent envahir par des envies de meurtres »

Meurtres à Willow Pond, Ned Crabb, Quatrième de couverture. Ed. Gallmeister ; 2014.

Il aura fallu attendre 2016 pour la traduction et 2018 pour la présente édition, que je trouve très soignée avec une superbe illustration qui colle aux propos et intrigue (ce qui donne envie d’en savoir plus). C’est seulement le deuxième roman de Ned Crabb, et son dernier aussi : il est mort l’année dernière, à l’âge de 78 ans.

 Six et Alicia Godwin donc, sont tous les professeurs d’université à la retraite et coulent des jours paisibles à Winsokett Pond dans le Maine, profitant d’un cadre de vie idyllique en bord de lac. Tous les deux s’adonnent à leur activité favorite : la pêche. D’ailleurs, qui a dit que la pêche était un loisir ou un sport relaxant ? C’est ce que je pensais avant d’avoir fait la connaissance de la famille Seldon mais… si vous lisez ce livre, vous verrez bien que la pêche, ce n’est pas si tranquille et reposant que ça en à l’air – surtout quand il question d’un héritage colossal (plusieurs millions de dollars en question) dans une famille où les membres se détestent à s’étriper. Digne d’un Agatha Christie, avec quelque chose en plus !

Comme je vous le disais plus haut, j’ai littéralement dévoré ce livre. Je l’ai fini hier au soir, assez tard d’ailleurs, et il ne m’aura fallu que 8 jours pour le lire. C’est très bien écrit et très bien traduit pour le coup (enfin, ce n’est qu’une supposition mais au vu du nombre important d’insultes et autres passages assez explicites, je pense que la traduction française vaut le texte original), le rythme est suffisamment rapide pour que le lecteur ne s’ennuie pas mais suffisamment lent par moment pour suivre les réflexions et les pensées des personnages. De plus, tout ne tourne pas autour des meurtres et c’est appréciable. Il est beaucoup question de sexe et d’amour ; ces thèmes dérangeront peut-être certains d’entre vous mais ils apportent du relief à ce roman. C’est une des choses qui m’a le plus plu dans ce livre, sans parler de la nature évidemment.

La nature est omniprésente dans ce roman et Ned Crabb s’en amuse de la meilleure des façon. Le cadre de bien des atrocités est souvent enchanteur et bucolique. Cela dit, l’auteur prend également un malin plaisir à nous rappeler qu’en fin de compte, nous sommes bien peu de choses face à la puissance de Dame Nature.

Pour résumer et pour finir, ce livre est pétillant, rempli d’humour et d’amour, avec des scènes d’actions dignes des plus grands scénarios hollywoodiens. C’est également une ode à la tranquillité et aux bienfaits de la vie au grand air, mais vous en saurez plus si vous osez plonger dans les eaux troubles de Willow Pond…

Amérique déroutante, Amérique fascinante…

« The American dream is dead »* – C’est par cette déclaration que débute ce documentaire sur l’Amérique de Donald Trump. Force est de reconnaître que tout a été dit sur l’Amérique depuis cette élection hors normes. Il a été dit que les électeurs de Trump étaient des personnes racistes, xénophobes avec un niveau d’études assez faibles… des gens de la classe moyenne pour faire encore plus dans le cliché. C’est là que la démarche de Claus Drexel (le réalisateur de ce documentaire) est intéressante : il est parti les filmer ces oubliés et ces laisser-pour-comptes, à Seligman, une ville paumée en Arizona en 2016 à ce moment charnière de l’histoire américaine et mondiale.

ob_9b19e9_sans-titre[1]

Et finalement, ce qui en ressort c’est que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. La plupart des gens qui habitent cette petite ville des Etats-Unis veulent juste vivre leurs vies loin du tumulte des grandes villes avec leurs familles, leurs hobbies et leurs armes à feu (les deux étant intimement liés dans cette ville). Sur ce point d’ailleurs, personne dans le documentaire ne remet en cause le tristement célèbre Second Amendment (le deuxième amendement) de la Constitution – enfin tristement célèbre du point de vue du reste du monde face j’entends – mais tout le monde n’en a pas la même conception et ça fait du bien de se dire qu’en fin de compte ceux qui possède 36 modèles d’armes à feu sont juste des excentriques poussés à l’extrême.

Les paysages du Grand Canyon et de Monument Valley sont toujours aussi majestueux et c’est un ravissement pour les yeux. Seligman c’est autre chose… La ville fait penser à un gigantesque tableau de Hopper en mouvement. C’est assez triste et désolé, on se demande comment certaines maisons tiennent encore debout. Bref, c’est peut-être celui-là, le vrai visage de l’Amérique. Une Amérique qui fascine autant qu’elle dérange…

maxresdefault[1]

Note : 8/10.

* Le rêve américain est mort – Phrase prononcée par Donald Trump en 2015 alors qu’il officialise sa candidature pour la Maison Blanche.

Des nouvelles de mes lectures

Je prends un petit moment pour vous donner des nouvelles au bout de trois semaines de stage. Stage que j’ai commencé le 13 mars dernier à la médiathèque de la ville d’où je suis originaire.

Bibliothèques[1]

Pour le moment, tout se passe bien. Je m’entends bien avec mes collègues et certaines journées me paraissent plus longues et plus fatigantes que d’autres mais je n’ai pas à me plaindre, tout le monde est très à l’écoute et l’adaptation est mutuelle. En ce qui concerne la phase « mémoire de stage », je n’ai pas encore commencé la rédaction mais la collecte d’informations avance plutôt bien et le plan du futur document commence à prendre forme doucement.

Par contre, fait pour le moins étrange : je n’ai jamais aussi peu lu que depuis que j’ai débuté mon stage (en réalité, je lis beaucoup de travaux de recherches et d’articles voire des rapports concernant les  bibliothèques) mais j’ai bon espoir de reprendre ma lecture de La servante écarlate un jour, si possible avant la fin de mon stage en juillet…

Bref, en ce moment je suis bien occupée et c’est très bien comme ça !

 

Longue vie au Roi !

Je n’ai plus grand-chose à faire en ce moment, en attendant de véritablement commencer mon stage alors j’en profite pour m’occuper en privilégiant ce qui me fait vraiment envie. Ca faisait un petit moment que je n’étais pas retournée au cinéma sur Lyon donc j’y suis allée et j’ai porté mon dévolu sur le dernier-né des Studios Marvel : Black Panther (après avoir hésité une demie seconde avec Lady Bird)

images[1] (2)

Black Panther

Pour tout vous dire, le dernier Marvel que j’ai dû voir et apprécier c’est Les gardiens de la galaxie – vol. 2… En même temps avec un rythme aussi effréné que celui des studios Marvel, difficile de faire que la qualité soit toujours au rendez-vous… Maintenant que j’ai fait ma petite critique globale sur le rythme des sorties, je vais pouvoir vous parler de Black Panther plus en détail.

Il faut savoir que je n’avais pas d’a priori, bons ou mauvais, concernant ce film. Je ne connaissais pas du tout l’histoire de ce super-héros, un peu à la marge des autres comme les Avengers par exemple. Et mon ressenti à la sortie de la salle de ciné : j’ai a-do-ré. Court, simple et efficace comme avis, non ?

Je ne regrette pas du tout mon choix, même s’il est vrai que j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire parce que j’ai trouvé l’intrigue un peu longue à se mettre en place. Mais à part ça, je vais me répéter mais j’ai vraiment, vraiment adoré. Les personnages sont attachants, drôles, humains aussi, avec leurs moments de faiblesse et leurs failles (ce qui est d’autant plus appréciable dans un film de super-héros). Le casting est parfait. A ce propos, j’ai adoré voir Andy Serkis dans un rôle qui n’inclue pas de la motion capture, même si j’ai trouvé que son rôle était tellement perché que j’avais l’impression de voir Gollum parfois… J’ai vraiment eu un coup de cœur pour les personnages incarnés par Angela Bassett et Letitia Wright, respectivement mère et sœur de Black Panther.

Il y a quelques temps, j’écrivais sur Wonder Woman « qu’elle en avait dans la cuirasse ». Je pourrais dire la même chose ici : les femmes se battent, prennent des décisions, luttent, poussent parfois les hommes dans leurs retranchements… et excusez-moi pour la minute féministe de cet article mais ça fait du bien de voir ça sur un écran de cinéma, pour un film grand public qui plus est. De même pour la mise en avant des minorités ; c’est incontestablement un film qui fera bouger les choses. J’ai suivi une émission à la télé il n’y a pas si longtemps et un des intervenants disait à propos du film que dans quelques années le public ne fera même plus attention à la couleur de peau de Black Panther. Ce qui compte c’est que ce soit un super-héros et qu’il sauve le monde.

Note : 9/10.

[Découverte] [Contemporain] Dans la forêt

Après une pause de plus de deux mois concernant mes lectures, j’ai repris doucement mon rythme avec la lecture en deux semaines de Dans la forêt (Into The Forest en anglais) de Jean Hegland. Il a fallu attendre vingt ans pour que ce roman écrit publié en 1997 aux Etats-Unis paraisse en France aux Editions Gallmeister, spécialisée dans la littérature américaine qui met l’accent sur la nature et les grands espaces. Le premier roman de Jean Hegland n’y a que toute sa place.

Couverture Dans la forêt

Dans la forêt

Ce livre raconte la vie de deux sœurs, Eva et Pénélope « Nell » (Nellie parfois), après la mort tragique de leurs parents et comment les deux adolescentes tentent de survivre dans leur maison, perdue au milieu de la forêt californienne dans un monde progressivement dépourvu du confort que nous connaissons – plus d’essence, plus d’électricité et tout ce qui en découle.

Ecrit il y a vingt ans, ce livre pourrait avoir été écrit hier, tellement certains aspects de ce dernier font écho au monde de 2018. On finit par se dire que ce qui se passe dans ce roman pourrait bien arrivé dans la vie réelle – bien qu’on ne sache pas exactement quel évènement dramatique est à l’origine de ces pénuries successives. C’est ce qui m’a le plus plu dans ce livre je crois, cet aspect profondément contemporain et moderne pour son temps.

Cela dit, comme beaucoup de roman d’anticipation, malgré ce côté plaisant et attrayant de cette modernité, le roman n’en demeure pas moins glauque, sombre voire effrayant – exactement comme les deux facettes d’une forêt ou d’un bois. C’est une lecture quelque peu dérangeante, déconcertante par moment. A ce propos, je suis plutôt mitigée en ce qui concerne l’avis final que j’ai sur cette histoire et j’ai beaucoup de mal à avoir un avis définitif et tranché sur ce livre. Je peux cependant vous expliquer pourquoi.

Des livres qui racontent des histoires glauques, des histoires sombres et dérangeantes, j’en lirai d’autres. Ce n’est pas cela le problème, ce n’est pas non plus le fait que ce soit un roman d’anticipation. Bizarrement c’est une petite phrase, une toute petite phrase, au milieu d’un roman de 300 pages qui a plombé mon enthousiasme et bien évidemment, je ne vais pas vous dire de quoi il s’agit par peur de vous gâcher votre envie de lecture mais on m’a toujours dit que tout ce qui se passait dans un roman devait servir l’histoire et être utile à l’évolution du ou des personnages à un moment ou à un autre. Or, dans ce cas précis il ne se passe rien. L’évènement découle du précédent mais ce n’est pas logique et de mon point de vue, cela n’enrichi en rien l’histoire d’une manière ou d’une autre. Je n’ai peut-être pas tout compris mais j’ai eu l’impression que l’auteur couchait sur le papier un de ses fantasmes et reprenait ensuite le cours de son récit où elle l’avait stoppé.

Hors mis ce petit détail que certains jugeront sans importance, j’ai beaucoup aimé le style d’écriture, d’une précision quasiment chirurgicale mais néanmoins très fluide, d’autant que le roman n’est pas très épais. J’ai réellement eu l’impression d’être entourée de séquoias par moment ou de me sentir menacée dans cette étendue immense d’arbres. Au final, je dirais que ce livre représente d’avantage une ode à la nature (imposante mais fragile) qu’un message d’espoir et qu’il faut le lire pour cette raison-là puisqu’en fin de compte nous sommes peu de chose à côté d’un arbre millénaire.

« Quelle que soit la façon dont nous mourrons, nous mourrons ici. Seules. Il n’y aura pas d’inscription à Harvard, pas de début avec le San Francisco Ballet. Il n’y aura pas de voyages, pas de diplômes, pas de rappels. Il n’y aura plus d’amants, pas de maris, pas d’enfants. Personne ne lira jamais ce journal sauf si ces fichues poules apprennent à lire.

 Bien sûr ce genre de choses arrive tout le temps. J’ai suffisamment étudié l’histoire pour le comprendre. Les civilisations périclitent, les sociétés s’effondrent et de petites poches de gens demeurent, rescapés et refugiés, luttant pour trouver à manger, pour se défendre de la famine et des maladies et des maraudeurs tandis que les herbes folles poussent à travers les planchers des palais et que les temples tombent en ruine. Regardez Rome, Babylone, la Crète, l’Egypte, regardez les Incas ou les Indiens d’Amérique.

Et même si ce n’est pas une autre civilisation vieille de deux mille ans qui arrive à sa fin, regardez toutes les petites dévastations – les guerres et les révolutions, les ouragans et les volcans et les sécheresses et les inondations et les famines et les épidémies qui remplissaient les pages lisses des magazines que nous lisions autrefois. Pensez aux photos des survivants blottis les uns contre les autres au milieu des décombres. Pensez à l’Amérique du Sud, à l’Afrique du Sud, à l’Asie centrale, à l’Europe de l’Est, et demandez-vous comment nous avons pu être aussi suffisants. »

Jean Hegland, Dans la forêt, pp. 188-189. Ed. Gallmeister (2017)

Note : Pour ceux d’entre vous que ça intéresse, sachez qu’une adaptation cinématographique existe : Into the Forest réalisé par Patricia Rozema avec Ellen Page et Evan Rachel Wood dans les rôles titres. Le film est sorti en 2015.

 

Plongée en plein cœur d’un monde onirique

Je n’avais pas spécialement prévu d’aller au cinéma aujourd’hui mais ma matinée fut quelque peu rude et j’avais besoin de me changer les idées et La forme de l’eau (The Shape of Water) est tombé à pic. Venez, je vous emmène.

DUWbG0RVAAAmM3A[1]

Je ne connais pas très bien Guillermo Del Toro donc je n’ai pas de point de référence par rapport à l’une ou l’autre de ses réalisations. Je savais seulement qu’il avait un univers particulier.

L’histoire est ni plus ni moins qu’une histoire d’amour entre Eliza Esposito, une jeune femme muette qui est agent d’entretien dans un centre d’études aérospatiales, et une créature amphibie. Le tout sur fond de Guerre froide.

J’ai beaucoup aimé le film qui a sûrement des points faibles mais très honnêtement, on se laisse emporter et porter par cette histoire d’amour atypique. A ce propos, je pense que cette histoire d’amour fonctionne parce qu’Eliza est muette et qu’elle développe une relation avec cette créature par le langage des signes, ce qui rend le film encore plus poétique à mon sens. C’est un film tout en délicatesse qui laisse transparaitre un monde onirique où l’on à l’impression de flotter en compagnie de l’héroïne. Si vous cherchez des points de comparaison, on peut notamment citer Avatar pour l’amphibien qui ressemble aux Na’vis ou Big Fish et Edward aux mains d’argent pour le côté onirique et poétique, ou encore E.T ou même Le fabuleux destin Amélie Poulain.

Les personnages sont un peu stéréotypés et cela donne un côté parfois un peu trop lisse et convenu au film cependant ce n’est pas gênant. Ce n’est pas un thriller psychologique donc les méchants sont bien méchants et pas très intelligents et les gentils parviennent à s’en sortir, comme dans un dessin animé des studios Disney. Malgré cet aspect qui peut dérangé certains, le film n’est pas plat et seulement réservé à « une élite ». J’ai été surprise de voir que l’on riait beaucoup pendant le film.

Quoiqu’il en soit, La forme de l’eau est un film qui fait parler de lui et qui je pense ne laissera personne indifférent. Mais il vaut quand même le coup d’œil.

Note : 7,5/10.

Le talon d’Achille Poirot

Ah les séances de ciné matinale ! La joie d’être seule ou seulement deux dans la salle. Cela va finir par devenir une habitude, croyez-moi. Toujours est-il que cette fois-ci, c’était pour Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient-Express), adapté du roman éponyme de cette chère Agatha Christie et réalisé par Kenneth Branagh. Film ni très bon, ni très mauvais et je vous explique pourquoi dans quelques instants. Accrochez-vous embarquement imminent !

0988536[1]

L’équilibre fragile d’un film « chorale » qui tient néanmoins la route

On retiendra le travail et la performance d’acteur de Michelle Pfeiffer (Madame Hubbard) et Kenneth Branagh (Hercule Poirot) qui sortent tous les deux un peu du lot et font que le film reste sur les rails. Cependant, je trouve qu’il faut toujours se méfier de ce genre de film, au casting cinq étoiles, qui n’apporte pas grand-chose hors mis un nom prestigieux de plus dans la liste des acteurs crédités au générique de fin. Prenez par exemple le rôle tenu par Judi Dench, la princesse Dragomiroff ; Judi Dench l’interprète parfaitement mais il me semble que dans le livre, son nom revient plus régulièrement. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Je sais aussi qu’étant tiré du roman d’Agatha Christie, l’adaptation doit faire quelques concessions vis-à-vis de l’œuvre de départ, pour des questions de temps, de pertinence… Après tout, une adaptation est toujours un parti pris et malgré des personnages supprimés ou modifiés pour mieux correspondre physiquement aux acteurs qui tiennent les rôles, j’ai noté quelques trouvailles qui valent le détour de la réalisation. Un petit plus non négligeable.

Une bonne réalisation avec de bonnes idées

Je ne suis pas une experte en réalisation et ce qu’a fait Branagh, d’autres l’ont sûrement fait avant lui, peut-être même sur des films policiers. Cela dit, certaines séquences sont vraiment mise en valeur par l’angle de la caméra et/ou le traitement de l’image. Heureusement pour le film, il s’agit des points clé de l’histoire. On peut citer notamment la découverte du corps par M. Poirot, M. Bouc et M. Arbuthnot, le médecin, ou encore quelques interrogatoires particulièrement bien scénarisés et filmés.

Autre point positif, les costumes ! C’est tout bête mais c’est un détail auquel je prête très facilement attention. Ici, rien à déclarer, les costumes sont fidèles à l’époque et réalistes. Un bon point même si cela parait logique et attendu.

Je le redis ici mais les personnages, bien que stéréotypés, sont fidèles aux doubles littéraires, grâce à un gros travail sur les différents accents qui existent lorsqu’on parle anglais et que ce n’est pas notre langue maternelle. Malheureusement, il y un gros point négatif qui m’a empêché d’apprécier pleinement le film et qui concerne les personnages.

mais un Hercule Poirot pathétique

Quand je vous disais les personnages, j’aurais peut-être dû préciser Hercule Poirot dès le départ. J’ignore si c’est un effet de mode des films tournés actuellement, mais cette manie de vouloir introduire des histoires d’amour compliquées ou impossibles dans des adaptations afin que le résultat soit plus vendeur, cela me sort par les yeux ! C’est un procédé qui me donne la nausée et envie de vomir.

Jamais dans aucun des livres que j’ai lu d’Agatha Christie, il n’est question d’une femme que Hercule Poirot aurait aimé profondément et qui serait disparue désormais… Un peu comme James Bond, vous voyez l’idée ?… Sauf que pour James Bond, cette femme existe vraiment, je ne suis pas sûre que ce soit le cas pour Hercule Poirot. Remarquez, je me trompe peut-être, je n’ai pas lu tous les livres qui mettent en scène des enquêtes de M. Poirot. Quoiqu’il en soit, je comprends l’idée et dans l’absolu elle n’est pas mauvaise puisqu’elle est là pour donner plus de profondeur au personnage, plus d’humanité aussi. Seulement j’ai trouvé cette idée très maladroite et mal pensée. Le problème c’est qu’on tombe très vite dans le Pathos et c’est pour ça que je disais qu’Hercule Poirot était pathétique alors qu’il devrait juste être drôle et attachant par ses excentricités. Désolée Kenneth mais les seuls Hercule Poirot qui ont mon admiration sont Peter Ustinov et David Suchet, comprendra qui pourra…

Conclusion

Le Crime de l’Orient-Express est un film qui dure près de 2 heures avec un bon rythme et où l’on ne s’ennuie pas. L’excellente performance de certains acteurs est toutefois déséquilibrée par le nombre de têtes d’affiche et le scénario se retrouve vite englué dans un Pathos plus qu’inutile et indigeste pour le spectateur. Heureusement qu’une bonne réalisation sauve un peu le reste et qu’en fin de compte, le plus gros du scénario repose sur l’œuvre d’Agatha Christie. Maintenant toute la question est de savoir si Kenneth Branagh va remettre le couvert avec Mort sur le Nil (Death on the Nile)… En tout cas en attendant rien ne vous empêche de vous replonger dans les livres d’Agatha Christie !

Note : 10/20.

[Contemporain] Les Derniers jours de Rabbit Hayes

J’aurais peut-être dû choisir un autre livre pour le dernier article littéraire de l’année… Cela dit, je n’avais qu’à m’en tenir à ma liste et ne pas prendre le retard que j’ai accumulé ces derniers mois. Au moins, quand j’ai acheté ce livre, je savais à quoi m’attendre : tout était dans le titre et dans le résumé en quatrième de couverture, donc à partir de là, aucun moyen de se plaindre et de geindre que l’on est floués sur la marchandise. Dans ces cas-là il ne reste qu’une chose à faire en tant que lecteur ou dans mon cas lectrice, et c’est de lire le livre. Ce que j’ai fait en 8 jours.

Les Derniers jours de Rabbit Hayes, un premier roman en demi-teinte pour Anna McPartlin

J’avais beau savoir dans les grandes lignes de quoi il en retournait, mon ressenti sur ce livre est en fait très changeant et je ne sais pas si c’est une bonne chose lorsque l’on doit rédiger un article derrière. En fait mon ressenti va de paire avec l’achat du livre et je me souviens comment ça s’est passé et peut-être que l’achat lui-même aurait dû me mettre la puce à l’oreille, j’en sais rien. Toujours est-il que la première fois que j’ai aperçu ce livre dans ma librairie fétiche, il était mis en avant et j’ai immédiatement flashé sur cette adorable couverture fleurie très flashy. Mais vous connaissez le proverbe aussi bien que moi, non ? Celui sur la couverture… donc j’ai lu consciencieusement le résumé en quatrième de couverture et on aurait dit que je m’étais brulée ou quelque chose comme ça, tellement j’ai reposé l’ouvrage à sa place précipitamment. Je ne me souviens plus si je suis ressortie de la librairie avec des livres sous le bras ce jour-là mais en tout cas, il n’en faisait définitivement pas partie. Et puis je ne sais pas trop ce qui s’est passé mais quelques temps plus tard, j’y suis retournée dans ma librairie et ce roman était toujours-là, à me faire de l’œil avec sa couverture pimpante. J’ai donc relu le résumé et cette fois, je suis passée à la caisse le livre, sous le bras (sans doute avec d’autres d’ailleurs, j’achète rarement un seul livre). Qu’est-ce que je risquais ? Au mieux, ce serait une agréable surprise qui vaudrait un article assez dithyrambique ici et au pire, je rejoindrais la liste des gens qui achètent leurs livres sur un critère : la couverture, et sont déçus parce qu’il ne s’attendaient pas à ça avec en prime l’article qui va avec. Mais dans les faits, c’est un peu plus compliqué que ça…

Couverture Les Derniers jours de Rabbit Hayes

J’ai fini ma lecture il y a peut-être une demie heure (il est 21h au moment où j’écris ces quelques lignes), ou peut-être plus… et je suis perplexe : je suis tellement partagée sur ce livre que je ne sais absolument pas par quoi commencer : les points positifs ou les points négatifs ?… Je sais bien que quoi qu’il en soit, mon article influencera votre envie ou non de lire ce livre. Néanmoins, je ne voudrais pas donner une teinte trop négative à cet article au risque de vous faire fuir, ni être trop positive car ce ne serait pas cohérent avec mon ressenti et avec l’histoire qui est une histoire triste, rappelons-le encore une fois. Je crois que je vais improviser, sans trop essayer de lister les arguments positifs ou négatifs ; après tout, ce roman est fait de beaucoup choses qu’elles soient positives ou négatives et puis chaque ressenti est unique. Je vous livre le mien, ensuite ce sera à vous de vous faire votre idée si ce roman vous intrigue suffisamment.

« Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement ‘Rabbit’. Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée. A son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toutes la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfance, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur… Au fil des jours tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ? »

Anna McPartlin, Les Derniers jours de Rabbit Hayes, Quatrième de couverture. Ed. Pocket.

Je reconnais que l’histoire se tient, notamment grâce à la temporalité et aux nombres de personnages réduits, ce qui permet de ne pas perdre le fil. Seulement la narration à la troisième personne m’a un peu dérangée dans le sens où je crois qu’en tant que lectrice, j’aurais préféré un point de vue interne pour chaque personnage et pas une narration à la troisième personne centrée sur chacun des personnages tour à tour. La narration à la troisième personne amène toujours une distance entre le récit et le lecteur je trouve, et j’ai le sentiment que l’histoire perd en intensité et en émotion.

Ensuite, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à certains personnages. Je pense à Molly, la mère de Rabbit. Pourtant elle est décrite avec des qualificatifs qui me plaisent beaucoup d’habitude : un peu excentrique, aimante, entière et j’en passe mais je n’ai vraiment pas accroché et c’est dommage parce que c’est un des personnages centraux, étant donné son rôle dans l’histoire. Heureusement que des personnages comme le frère ou la meilleure amie de Rabbit sont plus accessibles et rendent la lecture un petit peu plus drôle et plus agréable. Cela dit à ma décharge et heureusement : je n’ai jamais été confrontée au cancer directement. Je ne peux pas savoir comment je réagirais face à cela – je ne veux pas le savoir d’ailleurs mais peut-être que je réagirais de la même façon que l’un ou l’autre des personnages. Donc je pense pouvoir affirmer que les personnages dépeints dans ce roman sont plutôt réalistes malgré tout.

Enfin les situations s’enchainent logiquement et le rythme est bon, on ne s’ennuie pas et il n’y a pas de flottements (si l’on exclu l’envie que l’on a de secouer certains personnages par moments). Et chose non négligeable, le livre se lit rapidement et aucune page n’est superflue, le tout sans être larmoyant et plombant. Si jamais vous voulez lire ce livre, notez bien que les 15 dernières pages sont absolument magnifiques et bouleversantes, ce qui contribue à la fois au déséquilibre du récit, autant qu’à rattraper une histoire assez moyenne et qui ne restera pas dans les mémoires. Mais ces 15 dernières pages font partie des meilleures pages que j’ai jamais lu.

Article rédigé le 28/12/17

La tête dans les étoiles

J’espère que les fêtes de fin d’année se passent idéalement pour vous et que vous avez eu les présents que vous espériez, même si ce n’est pas la chose la plus importante dans les traditions liées à Noël. En ce qui me concerne, tout s’est très bien passé je suis ravie d’avoir pu passer un moment en famille.

J’ai toujours associé les fêtes de Noël à Star Wars. Pas nécessairement parce que les différents films de la Saga sortent aux alentours de cette période mais pour moi, Star Wars c’est un peu un conte de Noël et puis il faut dire aussi que c’est toujours un plaisir pour moi de voyager « dans une galaxie très, très lointaine » en famille. Pour faire court, ce huitième épisode n’a pas dérogé à la tradition, si on peut dire ça comme ça.

1200px-Star_Wars_Logo.svg[1]

Premièrement, j’aimerais que l’on m’explique pourquoi les gens trouvent ce huitième opus horrible et le déteste tant. J’ai vraiment du mal à comprendre parce que même si ce n’est pas un chef-d’œuvre, il n’y a pas de quoi le jeter aux ordures. Je reconnais quelques points faibles mais globalement, je trouve que cette cabale autour du film est infondée. De mon point de vue, ce n’est pas le pire épisode de la saga. Ce n’est pas non plus un remake de L’Empire contre-attaque donc j’ai vraiment du mal à voir ce qui lui vaut toutes ces critiques négatives. Encore une fois, ce n’est sans doute qu’une question de point de vue où certains affirment que la seule et unique trilogie valable, c’est la première, celle allant de 1977 à 1983. Alors oui. Mais ce n’était pas la même époque et il n’y avait pas toute la technologie actuelle, ce qui peut devenir un défaut si cela est utilisé à outrance, je suis d’accord. En fin de compte, je crois que toutes ces histoires et tous ces débats autour des films pour savoir lequel est le meilleur et pourquoi font partie de l’univers de Star Wars, qu’on le veuille ou non et il faut bien faire avec. A condition d’écouter ce que son voisin a à dire sur le sujet et en respectant son point de vue.

une-star-wars[1]

Concernant le film lui-même, SW – Les derniers Jedi, j’ai trouvé l’histoire un peu longue à démarrer, certaines scènes un peu brouillon qui donnaient l’impression de mal s’enchainer avec le reste dans son ensemble mais au final l’histoire se tient et est cohérente par rapport au volet précédent. Si l’on continue sur les points négatifs du film, je dirais que certains personnages manquent de profondeur ou n’en ont pas du tout et c’est dommage parce que le film s’appuie un peu trop sur les effets spéciaux et numériques à mon goûts. Peut-être que ce manque de profondeur ou de charisme est voulu et souhaité afin de laisser la porte ouverte à d’autres films mais c’est assez perturbant sur le coup.

Le film possède néanmoins beaucoup de points positifs, notamment concernant certains autres personnages. C’est le moment où je vais beaucoup parler de Rey, Kylo Ren, Poe Dameron et Finn, Luke et Leia.

D’abord concernant tous ses personnages, on sent une réelle évolution depuis leur dernière apparition à l’écran. Cette évolution se voit plus ou moins rapidement mais il n’empêche qu’elle est présente et c’est une bonne chose. La chose la plus frappante pour moi, ça a été l’évolution parallèle entre Rey et Kylo Ren. Le réalisateur et les scénaristes ont très bien réussi leur coup et j’ai adoré cette ambivalence qui donne une tension toute particulière au film. C’est vraiment un plus et j’ai grandement apprécié. Un peu en opposition à cette évolution parallèle, il y a Luke et Leia. Frère et sœur tellement proche dans la première trilogie, tellement éloignés dans celle-ci, même s’ils finissent par se retrouver. C’est vraiment bien trouvé là encore mais je ne veux pas trop en dévoiler si jamais vous n’êtes pas encore aller voir le film.

Enfin il y a Poe Dameron et Finn. Pour tout vous dire, j’ai un peu de mal avec ces deux-là. Ils ont chacun un rôle très important et nécessaire dans l’histoire mais j’ai franchement l’impression de voir un mélange raté entre Han Solo et Luke Skywalker par moments et c’est gênant parce qu’on a l’impression qu’il leur manque quelque chose à tous les deux. A d’autres moments c’est pire, tant j’ai eu l’impression que Poe et Finn étaient respectivement de pâles copies de Luke et Han. Vous l’aurez compris, j’ai encore du mal avec ces deux personnages.

 

Note : 8/10.

[Revue littéraire] America 3/16

Si vous aimez l’atmosphère particulière des romans noirs, celle du Deep South ou que vous êtes tout simplement fascinés par le Federal Bureau of Investigation sans trop savoir pourquoi, le troisième numéro de la revue est fait pour vous !

revue-america_-3.jpg

Vous l’aurez compris grâce à mes quelques lignes d’introduction très sommaires, ce nouveau nous plonge encore et toujours dans l’histoire des Etats-Unis, mais en évoquant cette fois une histoire plus sombre où se mêlent soupçons de collusion au sommet de l’Etat et grande époque du FBI, du temps du grand banditisme dans les années d’entre-deux guerres. Des noms évocateurs (entrés dans la postérité et aussi dans la culture populaire) tels que John Dillinger, Machine Gun Kelly ou bien encore les époux Rosenberg parsèment l’excellent dossier consacré au mythique FBI. Ce dossier très complet, retrace son histoire mouvementée et souvent trouble ainsi que son encrage dans la culture populaire et les raisons d’un tel fantasme. De quoi vous donner envie de revoir des films sur le sujet, notamment celui de Clint Eastwood où un certain Leonardo DiCaprio campe le truculent patron du Bureau Fédéral…

Si vous préférez la lecture de fiction, vous pouvez toujours vous tourner vers James Ellroy, auquel la revue consacre son interview fleuve, toujours menée par François Busnel. Vous pourrez ainsi vous (re)plonger dans ses écrits ; je pense notamment au Dalhia Noir et à L.A Confidential (les deux font partie de ma liste de lecture). De plus, la revue livre en avant-première la dernière novella de Jim Harrison tirée d’un recueil paru en octobre de cette année chez Flammarion. Comment ça je suis en retard ?…

 

Enfin America, c’est toujours une invitation aux voyages. Cette fois-ci Philippe Besson nous emmène en voyage de Chicago à la Nouvelle-Orléans avec un très beau texte. Et puis même si ce n’est pas ma tasse de thé, il y a aussi les passages des Aventures de Huckleberry Finn, l’autre grand roman de Mark Twain.